Saturday, April 23, 2011

The plunder of the century: the assault of the “volonteers” on Libyan SWFs

by Manlio Dinucci *

Manlio Dinucci returns on items noted in our columns at the outset of the war in Libya: colonial  "volunteer"powers have taken over the huge state investments made by Libya abroad. The money frozen in Western banks threatened the monopoly of the World Bank and IMF in financing development projects in the Third World. It continues to "work" (no more in the form of investment but  now of bank guarantees), this time in favor of Westerners.
Libyan Central Bank

The objective of the war in Libya is not just oil, whose reserves (estimated at 60 billion barrels) are the largest in Africa and extraction costs among the lowest in the world, nor the natural gas reserves which are estimated at about 1 500 billion m3. In the viewfinder of the volunteers' Libyan operation there are sovereign wealth funds, money that the state of Libya has invested abroad.

Sovereign wealth funds managed by the Libyan Investment Authority (LIA) is estimated at approximately $ 70 billion, climbing to over 150 if you include foreign investments of the Central Bank and other agencies. And they could be even greater. Even if they are lower than those of Saudi Arabia or Kuwait, Libyan sovereign funds are characterized by their rapid growth. When the LIA was established in 2006, it had 40 billion. In five short years, she has made investments in over one hundred companies in North African, Asian, European, North American and South American: holding, banking, real estate, industry, oil companies and others.

Italy's principal investments are those made in Libyan UniCredit Banca (including Lia and the Central Bank of Libya have 7.5%) in Finmeccanica (2%) and Eni (1%): These investments and others (including 7, 5% Juventus Football Club) have less economic significance (they amount to about $ 4 billion) than politics.

Libya, after Washington had removed it from its proscription list of "rogue states", tried to rebuild a place at the international level by focusing on the "diplomacy of SWFs”. When the United States and the European Union lifted the embargo of 2004 and the major oil companies  returned to the country, Tripoli was able to have a trade surplus of about $ 30 billion annually largely allocated to foreign investment. The management of SWFs but created a new mechanism of power and corruption at the hands of ministers and senior officials, which probably escaped the control of Qaddafi himself confirmed by the fact that in 2009, he proposed than 30 billion oil dividends go "directly to the Libyan people." This has accentuated the fractures inside the Libyan government.

It is on these fractures that  the U.S. and European ruling circles have put pressure, circles  who, before the military attack on Libya to take over its energy wealth, have taken over the Libyan sovereign wealth funds. This operation was supported by the very representative of the  Libyan Investment Authority, Mohamed Layas: as revealed in a diplomatic cable published by Wikileaks, on January 20 Layas informed the U.S. ambassador in Tripoli that the LIA had filed $ 32 billion in U.S. banks. Five weeks later, on February 28, the U.S. Treasury had "frozen" the assets. According to official statements, is "the largest sum of money ever blocked in the U.S.,", money that Washington keeps  "in trust for the future of Libya." It could actually be  an injection of capital into the ever more indebted  U.S. economy. A few days later, the EU had "frozen" around 45 billion euros of Libyan funds.

The attack on Libyan funds will have a particularly strong impact on Africa. Here, the Libyan Arab African Investment Company has made investments in over 25 countries, including 22 in sub-Saharan Africa, while scheduling  to increase investments in the next five years, especially in mining, manufacturing, tourism and telecommunications. Libyan investments have been decisive in achieving the first telecommunications satellite from the Rascom (Regional African Satellite Communications Organization), which went into orbit in August 2010, and allows African countries to begin to become independent of U.S. and European satellite networks, thus achieving annual savings of hundreds of millions of dollars.

Even more important were the Libyan investments in realising the three financial institutions launched by the African Union: African Investment Bank, headquartered in Tripoli, the African Monetary Fund, based in Yaoundé (Cameroon); Bank Central Africa, based in Abuja (Nigeria). The development of these bodies would enable African countries to escape the control of the World Bank and International Monetary Fund, both instruments of neo-colonial domination, and would mark the end of the CFA franc, the currency that 14 former French colonies are obliged to use. The freezing of Libyan funds dealt a heavy blow to the whole project. The weapons used by the "volunteers" are not only those of the Libyan military operation. 

(Translated from French)
Original article :
by Manlio Dinucci
Geographer and geo-political scientist.

Thursday, January 13, 2011

On Gbagbo, Ivory Coast and allassane

The only struggle against Gbagbo is that of shameless imperialists to secure resources and influence in west africa.
Now, people who hadn't heard about Gbagbo a year earlier are suddenly turning into Ivory Coast specialists and anti-Gbagbo pundits.
Fed by the uncritical media they believe they know what is going on.
Uncritical of what they are being fed as information they make un-, worse, mis-informed comments.
They talk of an international community that thinks like them and brandish their numbers as a proof of their being right.
The number of people saying something does not make it true.
In medieval times, intellectuals said that the earth was flat. They were wrong.
Today, very knowledgeable people are succumbing to emotions and sensationalism thereby not being objective when it comes to Ivory COast and Gbagbo.
I suspect the fact that Allassane studied in the US is the reason why so many Americans back him.
Moreover, socialism has never been a political philosophy of choice in the states. It is that of Gbagbo...
The UN and ECOWAS are not independent bodies.
Those speaking African countries there, for the most part, depend on aid from the members of the permanent security council.
They are not independent and are mere parrots when it comes to opinion.
In that international community, and in the security council, is France which definitely has economical and political interest in Ivory Coast. Those interest are of an imperialist nature, like it or not.
Allassane is liked because he belongs to the system (IMF, World bank, France, etc...) and has religiously applied their measure in Ivory Coast in the past when being the prime minister of a corrupt and dictatorial regime (in the 90s). He is docile. He executes, no question asked. A good slave.
Gbagbo is a bit more of a problem. He has views of his own. He thinks that imperialism is still a fact, how funny you will say. The fact is a significant portion of the Ivory Coast population thinks like him. This makes it difficult to take him out.
Obviously he can be treated as a Mugabe... that is demonized. Let's kill his legacy they must have said.
The fact is it will be difficult to turn him into a West African Mugabe. He is more adept at politics than Mugabe.
He's been doing it since before Allassane was collaborating with a dictatorial regime. Allassane is a relative new comer on the political scene. He is naive.
He believes that support from the US or France is enough for him to win the Ivorians hearts. He is sadly mistaken.
Times have changed and it's no longer sufficient to be friends with Paris to lead Ivory Coast.
If there's one thing that Gbagbo has done it's this one: show the Ivorians that there is life after France.
Let's salute him for that.

Tuesday, December 14, 2010

Basic Background To Ivory Coast 2010 Election Crisis

· December 24th, 1999: Military coup d’état against President Henri Konan Bedie
· October 26th, 2000: Election of Mr. Laurent Gbagbo as Ivory Coast’s president
· September 19th, 2002: Attack of Ivory Coast by an armed rebellion that seized the northern part of the country. The rebellion has its rear base in Burkina Faso.
· From 2002 to 2005: The process of crisis resolution is launched at the UN, France, South Africa, Ghana, Togo and Burkina leading to several peace agreements
· 2006-2007: a 12-month government led by PM Banny fails to accomplish a durable peace process with disarming the rebels and organizing elections.
· 2007: Agreement Treaty in Ouagadougou (APO) signed by rebel leader SORO and President Gbagbo
o Global Content of the agreement: 
i. Reunification of the divided country 
ii. Creating an independent electoral commission to organize elections (Consisting of 80% Rebel and RHDP – Opposition Coalition) 
iii. Proclamation of final results by the Constitutional Council 
iv. Supervision, Certification of the electoral process and peace-keeping actions by the UN
(from Larissa's blog)

Monday, November 29, 2010

Un Article Sur Les Directives Du Gouvernement Americain à Ses Diplomates

A lire sur Le Monde:
"[...] La " National HUMINT Collection Directive " secrète adressée au fil de l'année 2009 par la secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, aux ambassades américaines à travers le monde sur les " besoins " de Washington, réactualise une directive de 2004.[...]
le mémo 219058, adressé à l'ambassade des Etats-Unis à l'ONU, à New York, éclaire à quel point les diplomates sont encouragés à ne respecter aucune règle de l'immunité diplomatique, sans parler de respect de la vie privée. Le secrétaire général des Nations unies, son secrétariat et ses équipes, les agences de l'ONU, les ambassades étrangères et les ONG présentes à Manhattan, sont ainsi, sans même présumer du travail des agences de renseignement, soumis au regard intrusif de la mission diplomatique américaine.
" Les rapports doivent inclure les informations suivantes, précise la directive : noms, titres et autres informations contenues sur les cartes de visite ; numéros de téléphone fixes, cellulaires, de pagers et de fax ; annuaires téléphoniques et listes d'emails ; mots de passe internet et intranet ; numéros de cartes de crédit ; numéros de cartes de fidélité de compagnies aériennes ; horaires de travail… " Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU, et ses collaborateurs savent-ils que les diplomates américains avec lesquels ils déjeunent ont reçu l'ordre de noter leurs numéros de cartes de crédit personnelles, ou que ceux avec lesquels ils voyagent doivent transmettre leurs numéros de cartes de fidélité des compagnies aériennes ? Et qu'ils sont encouragés à mémoriser les mots de passe de leurs ordinateurs ?
Les diplomates américains à l'ONU doivent transmettre " toute information biographique et biométrique " sur leurs collègues des pays du Conseil de sécurité, y compris les alliés britanniques et français, et sur les dirigeants de nombreux pays. La consigne " biométrique " revient dans presque tous les mémos : il faut se procurer " les empreintes digitales, photographies faciales, ADN et scanners de l'iris " de toute personne intéressant les Etats-Unis.[...]"
Lisez la suite ici

Révélations sur Trafigura

Pour vous ici, un article de Wikileaks sur une conspiration concernant Trafigura:

"Mardi, 13 Octobre 2009
Julian Assange (WikiLeaks enquêtes éditeur)
Un rapport confidentiel divulgu
é par Wikileaks sur le dumping de déchets toxiques le long de la Côte d'Ivoire, a vu un bâillon extraordinaire imposé sur les médias britanniques. L'ordre interdit à la presse de rapporter une question Parlementaires et réponses... "

Pour ceux qui lisent l'anglais referez vous au doc original.

En essence, les parlementaires anglais ont interdit a la presse anglaise de faire un lien entre les activités de Trafigura et celles d'une entreprise anglaise dénommée Minton.

Sunday, November 28, 2010

La Diplomacie Americaine Et L'Afrique de L'Ouest

Je crois que cet article (en Anglais) sur les priorites de la diplomacie Americaine en Afrique de L'Ouest interessera plus d'un.:

Pour ceux qui se contenteraient de la traduction Google la voici:

Jeudi 16 avril 2009, 14h17S E C E R T ETAT 037566NOFORNEO 12958 DECL: 16/04/2034PINR TAGS, KSPR, ECON, CD, CV, GA, ML, MR, NG, SG UV,OBJET: (S) BESOINS rapports et de collecte: AFRIQUE DE L'OUESTSAHELREF: A. 08 B. 04 124337 ETAT ETAT 179667Classé par: Catherine Brown, DAS CIB. RAISON: 1,4 (C).Sommaire
1. Le département d'État est avide d'information sur le Burkina Faso, Cap-Vert, Tchad, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger et Sénégal. Il veut connaître les insurrections, le trafic de drogue et les normes de gouvernance ainsi que des détails sur les systèmes de télécommunications. passage clés surlignés en jaune.

2. Lire l'article connexe1. (S / NF) Ce câble fournit le texte intégral de la nouvelle directive nationale HUMINT Collection (NHCD) sur la région Afrique de l'Ouest du Sahel (paragraphe 3-end) ainsi que d'une demande de DOS continue de l'information des informations biographiques relatives à l'Afrique de l'Ouest région du Sahel (paragraphe 2).A. (S / NF) Le NHCD ci-dessous remplace le NHCD contenues dans Ref B et reflète les résultats d'une étude récente de Washington de rapports et de collecte des besoins axés sur la région Afrique de l'Ouest du Sahel (Ref A). L'examen a produit une liste complète des priorités stratégiques (paragraphe 3) et les besoins de rapports et de collecte (paragraphe 4) destiné à guider les organismes participants USG comme ils affecter les ressources et mettre à jour les plans de recueillir des informations sur la région Afrique de l'Ouest Sahel. Les priorités devraient aussi servir comme un outil utile pour aider l'ambassade à gérer les rapports et la collecte, y compris la formulation de la mission des plans stratégiques (MSP).B. (S / NF) Cette NHCD est compatible avec le Cadre National Intelligence priorités (NIPF), qui a été créé en réponse à NSPD-26 de Février 24, 2003. Si nécessaire, GRPO peut fournir davantage sur la NIPF et l'utilisation d'abréviations NIPF (indiquée entre parenthèses après chaque sous-question ci-dessous) dans NHCDs.C. (S / NF) Les informations importantes sont souvent disponibles pour les membres non-Etat de l'équipe de pays dont les organismes ont participé à l'examen de la présente directive nationale HUMINT Collection. OCM, RDR, et de l'Etat notateurs peuvent aider en coordination avec d'autres membres de l'équipe de pays pour encourager le signalement pertinents par leurs propres canaux ou de l'Etat ministère.2. (S / NF) État des rapports biographiques:A. (S / NF) La communauté du renseignement repose sur agents de l'Etat de rapports pour la plupart des renseignements biographiques recueillies à travers le monde. Informelle des rapports biographiques par voie électronique et d'autres est essentielle aux efforts de recouvrement de la communauté et peuvent être envoyés à l'INR / B (biographique) de bureau pour la diffusion de l'IC.B. (S / NF) Les agents de rapports devraient comprendre aussi bien des informations suivantes que possible quand ils disposent d'informations concernant des personnes liées à la région Afrique de l'Ouest Sahel: bureau des titres et de l'organisation, les noms, titres de poste et d'autres informations sur les cartes d'affaires; numéros de téléphones, téléphones cellulaires, téléavertisseurs et télécopieurs; recueils d'informations de contact, comme les annuaires téléphoniques (dans le disque compact ou en format électronique si disponible) et des listes e-mail, internet et intranet "poignées", les adresses Internet e-mail, web identification des sites-URL, les numéros de compte de carte de crédit; fréquentes numéros de compte flyer; horaires de travail, et d'autres informations pertinentes biographiques.3. contour (S / NF) Les questions prioritaires et les questions:Cette directive couvre huit pays d'Afrique de l'Ouest du Sahel: Burkina Faso, Cap-Vert, Tchad, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger et Sénégal. Les pays côtiers du sud (Guinée-Bissau, Guinée, Sierra Leone, au Libéria, en Côte d'Ivoire, Ghana, Togo et Bénin) sont traitées séparément dans la directive Afrique de l'Ouest Littoral.I. Questions régionalesSécurité A. 1) le terrorisme international (TERR) 2) Réponse au terrorisme (TERR) 3) militaire (FMCC) 4) Soutien à la planification d'urgence des États-Unis militaire (HREL) 5) groupes d'insurgés et séparatistes (SRCC) 6) Relations avec les Nations Unies États (FPOL) 7) le trafic de drogue (médicament) 8) maintien de la paix (SRCC) 9) GRPO peut fournir un texte de cette question.B. Gouvernance 1) Leadership de stabilité du gouvernement (LEAD) 2) et de la démocratie (DEPS) 3) Droits de l'Homme (HRWC) 4) l'opposition politique (DEPS)C. Questions socio-économiques 1) Agriculture et sécurité alimentaire (FOOD) 2) l'aide étrangère et les relations (FPOL) 3) les activités criminelles (CRIM) 4) la santé et des maladies infectieuses (HLTH) 5) les questions de population et des réfugiés (EMGd) 6 ) Les institutions et les initiatives économiques (ECFS) 7) Questions environnementales (ENVR)D. Systèmes d'Information et de l'infrastructure des télécommunications (INFR)II. Questions spécifiques aux paysA. Tchad: Soudan / Darfour questions (SRCC-2)4. (S / NF) Reporting et besoins de la collection:I. Questions régionalesA. Sécurité1) le terrorisme international (TERR). - Détails, la présence et les activités liées à al-Qaïda au pays du Maghreb islamique et d'autres personnes liées au terrorisme et les organisations. - Les plans et les intentions pour des opérations contre des Etats-Unis ou du personnel paramédical ou d'intérêts. - Liens vers des armes de destruction massive ou de matériels connexes. - Présence et activités des combattants de retour d'Irak et en Afghanistan. - Informations sur les organisations, le leadership, le personnel, de matériel technique, l'intelligence et de contre-espionnage des capacités, le financement, avant entreprises, le recrutement et la formation. - Les armes et les méthodes, en particulier pour les engins explosifs improvisés. - Détails sur les réseaux de soutien locaux, en particulier pour les transbordements. - Détails sur les courriers de fonctionnement, ou provenant de l'extérieur de la région. - Présence et activités des organisations non-combattants du Nord africaine dans la région. - Les indications que des groupes terroristes internationaux cherchent à tirer parti des conflits politiques, ethniques, tribaux ou religieux. - Santé, biographiques, biométriques, des données d'évaluation et sur les dirigeants.Priorité pour le Tchad NIPF TERR: 1, Mali: 1, de la Mauritanie: 1, Niger: 1Priorité NIPF pour les acteurs non étatiques pour TERR Al-Qaïda et des sociétés affiliées sunnites: 1, le Hezbollah (libanais): 1, Tablighi Jama'at: 3HUMINT priorité pour le Burkina Faso TERR: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Sénégal: 5H2) Réponse au terrorisme (TERR). - Capacité, la volonté et l'intention des pays à coopérer avec les Etats-Unis contre le terrorisme (CT) et les efforts politiques et de mener des opérations antiterroristes. - Détails sur la législation CT, les organisations, les capacités, l'équipement, les opérations, les tactiques, et les limites. - Les données concernant l'impact des États-Unis et sanctions économiques multilatérales - politiques, les attitudes et les actions concernant les États-Unis et d'autres formations CT de l'Ouest. - Militaire et les attitudes des forces de sécurité en matière de formation et les opérations de CT. - L'interaction et l'interopérabilité des forces de sécurité et militaire avec les forces étrangères CT. - Les attitudes du public envers les politiques et les activités de CT. - Plans de déployer des systèmes biométriques pour renforcer les efforts de lutte contre le terrorisme intérieur.Priorité pour le Tchad NIPF TERR: 1, Mali: 1, de la Mauritanie: 1, Niger: 1Priorité NIPF pour les acteurs non étatiques pour TERR Al-Qaïda et des sociétés affiliées sunnites: 1, le Hezbollah (libanais): 1, Tablighi Jama'at: 3HUMINT priorité pour le Burkina Faso TERR: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Sénégal: 5H3) militaire (FMCC) - Plans, intentions, le statut et les détails de la politique de défense nationale et de la stratégie. - Les relations militaires avec d'autres pays, y compris des exercices de formation. - Réseau, la disposition, les vulnérabilités, et de préparation des forces. - Détails sur le personnel militaire, les unités, l'équipement et des tactiques. - Les plans et les efforts en matière de réforme de l'armée, l'approvisionnement et la modernisation. - La coopération du gouvernement américain concernant les prisonniers de guerre / MIAs et placé en détention des citoyens américains. - Preuve du coup de traçage dans les rangs militaires. - Preuve de l'activité criminelle dans les rangs militaires et d'impact. - Importance et effets des factions ethniques, religieuses et politiques au sein de l'armée. - Les attitudes du public envers les forces de sécurité militaires et autres. - Détails des acquisitions d'armes secrètes et les ventes d'armes.Priorité pour le Tchad NIPF FMCC: 3, Mali: 4, de la Mauritanie: 4, Niger: 4, le Sénégal: 4HUMINT priorité pour le Burkina Faso FMCC: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H4) Appui à la planification d'urgence des États-Unis militaire (HREL). - Les plans, les intentions, et la capacité des gouvernements d'accueil à l'appui d'évacuation ou de l'aide humanitaire par les forces américaines, y compris la capacité des pays hôtes et la volonté de protéger les citoyens des États-Unis et / ou des installations. - L'évolution interne ce qui pourrait inciter la planification d'urgence des États-Unis pour les non-combattants opérations d'évacuation (NEO) ou de l'aide humanitaire. - Les capacités du gouvernement hôte de gestion des urgences et des points de contact. - Détails sur les infrastructures, les installations médicales, et des réseaux de communication. - Géocodes et la description des pays tiers diplomatique, aide humanitaire, et l'organisation non gouvernementale (ONG) des installations. - Les voies d'évacuation, y compris les officiels / points de contrôle non officiels, les goulots d'étranglement et les obstacles possibles.Priorité pour le Tchad NIPF HREL: 3, Niger: 5HUMINT priorité pour HREL Burkina Faso: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: 5H, la Mauritanie: 5H, Sénégal: 5H5) groupes d'insurgés et séparatistes (SRCC). - Les plans, les intentions et les capacités des groupes d'opposition séparatiste, d'insurgés ou de radical ou d'organisations d'influencer ou de déstabiliser le gouvernement du pays hôte. - Les efforts clandestins pour renverser les accords de paix et de réconciliation. - Les plans et les intentions relatives à des citoyens américains et le personnel militaire dans la région. - Le leadership, l'organisation, le recrutement et la formation, les tactiques, les sources de financement, et de commandement, contrôle, communications, informatique, et les capacités de renseignement. - Buts et attitudes à l'égard des accords de paix et de réconciliation. - Liens à des gouvernements étrangers et les acteurs non étatiques dans les pays étrangers. - Le soutien du public pour les groupes. - Liens vers les groupes terroristes internationaux. - Santé, biographiques, biométriques, des données d'évaluation et sur les dirigeants.Priorité pour le Tchad NIPF SRCC: 2HUMINT priorité pour le Burkina Faso SRCC: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: 4H, de la Mauritanie: Niger 5H,: 4H, Sénégal: 5H6) Relations avec les États-Unis (FPOL). - Les plans et les intentions des chefs de gouvernement et le gouvernement concernant les relations avec les États-Unis, y compris les plans et les efforts pour soutenir ou s'opposer à la politique des États-Unis et les efforts dans les enceintes internationales. - La prise de décision, politiques, plans, stratégies de négociation, et les efforts, notamment en ce qui concerne le Burkina Faso. - Impact des relations avec la Chine sur les relations avec les États-Unis. - L'opinion publique sur les actions des États-Unis en Afrique, en particulier en ce qui concerne l'US Africa Command (AFRICOM) et le Millennium Challenge Corporation programme d'aide étrangère. - Réponse à la politique américaine en ce qui concerne la région du Sahel, le Moyen-Orient, l'Irak, l'Afghanistan, l'Iran et la guerre mondiale contre le terrorisme. - Impact des relations commerciales avec l'Inde et le Brésil sur les relations avec les États-Unis.HUMINT priorité pour le Burkina Faso FPOL: 3H, Cap-Vert: 5H, Tchad: 4H, la Gambie: 5H, Mali: la Mauritanie 5H, Niger: 3H,: 5H, Sénégal: 4H7 trafic de drogues) (médicament). - Les plans du gouvernement et les intentions en matière de production et le trafic de drogue. - Utilisation des réseaux de transport pour la production de drogue, de trafic ou de stockage. - Détails sur les types de trafic de drogues et les réseaux de transport associés et des convulsions. - Détails sur les sociétés écrans, les institutions financières, et le flux d'argent. - Liens vers les groupes terroristes internationaux. - Liens vers les producteurs de médicaments en dehors de la région, notamment latino-américains cartels de la cocaïne. - Liens vers les réseaux régionaux ou internationaux de distribution des médicaments. - L'application des lois et des capacités judiciaires pour lutter contre le trafic de drogue et de la production. - Les efforts des trafiquants de drogue de corrompre ou de porter atteinte à l'application des lois et du gouvernement. - Présence, l'utilisation, ou la réexpédition de produits chimiques précurseurs et des équipements associés pour la production de drogue. - Les groupes de revenu de l'information sur les terroristes ou d'insurgés »provenant du trafic de drogue, y compris les types et les quantités de drogues. - Information sur l'incidence du trafic de drogue et de l'utilisation, en particulier sur la santé publique et la criminalité, et le soutien des statistiques internes.Priorité pour le Sénégal NIPF DROGUES: 5HUMINT priorité pour le Burkina Faso DROGUES: 5H, Cap-Vert: 4H, Tchad: 5H, la Gambie: 5H, Mali: la Mauritanie 5H,: 3H, Niger: 5H8) maintien de la paix (SRCC). - Les plans des gouvernements et des intentions de participer à des opérations de maintien ou de soutien et les fonds alloués / dépensé. - Militaires et la volonté des forces de sécurité et de la capacité de former avec d'autres pays et participer aux opérations de maintien de la paix, et les détails de l'expérience maintien de la paix. - Les capacités militaires et de sécurité des forces et la volonté d'accepter l'aide internationale et la formation militaire commune. - Perception de la performance des troupes lors des opérations de maintien de la paix.Priorité pour le Tchad NIPF SRCC: 2HUMINT priorité pour le Burkina Faso SRCC: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: 4H, de la Mauritanie: Niger 5H,: 5H, Sénégal: 5H9) GRPO peut fournir un texte de cette question et les exigences connexes.B. Gouvernance1) Leadership (LEAD). - Principales sources d'inquiétude pour le leadership national et de l'opposition, en particulier la dynamique et les processus décisionnels des principaux responsables civils et militaires et des partis politiques au pouvoir, y compris coup de traçage. - Attitude envers l'opposition politique. - Personnel des ressources financières, les institutions financières utilisées, et les relations personnelles. - Des données biographiques, y compris les opinions sur les États-Unis.HUMINT priorité pour le Burkina Faso LEAD: 3H, Cap-Vert: 5H, Tchad: 3H, la Gambie: 5H, Mali: la Mauritanie 5H, Niger: 3H,: 5H, Sénégal: 4H2) stabilité et soutien du gouvernement pour la démocratie (DEPS). - Interne ou les menaces extérieures à la stabilité gouvernementale, la démocratie, ou règle de droit, y compris les efforts du gouvernement pour lutter contre ces menaces. - Le contrôle du gouvernement sur le territoire national et des frontières, y compris les zones où l'autorité du gouvernement est faible ou absente. - Engagement au représentant de réformes du gouvernement et démocratique, en particulier au cours du cycle électoral. - Les lois, politiques, et les perspectives pour la succession politique et les élections. - Détails sur les mesures anti-corruption et la corruption. - Les conducteurs de, et les réponses à l'instabilité politique ou de la détérioration économique. - Détails sur les questions administratives, judiciaires et législatives et les organes décisionnels connexes. - Les signes de la polarisation ethnique, religieuse ou générationnel et l'impact sur le processus décisionnel. - Politique et de développement des infrastructures sociales dans les régions éloignées.Priorité NIPF pour DEPS Tchad: 4, de la Mauritanie: 5, du Sénégal: 5HUMINT priorité pour DEPS Burkina Faso: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: 5H, Niger: 5H3) Droits de l'Homme (HRWC). - Détails des violations des droits de l'homme par les services de renseignement et de sécurité, militaires, paramilitaires, la police, ou d'autres fonctionnaires, ou par des insurgés, séparatistes, ou d'autres groupes. - Détails des efforts du gouvernement et sa capacité à prévenir ou répondre à des abus. - La réaction du gouvernement à la critique étrangère et intérieure de violations présumées des droits de l'homme. - Détails de privation des droits allégués ou l'asservissement des individus ou des groupes, y compris la complicité ou l'inaction gouvernementale. - Rapports entre le gouvernement maintien de la paix internationale et des organisations humanitaires.Priorité pour le Tchad NIPF HRWC: 2, de la Mauritanie: 5, Niger: 5HUMINT priorité pour le Burkina Faso HRWC: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 4H, Mali: 5H, Sénégal: 5H4) l'opposition politique (DEPS). - Les plans, les intentions, et le rôle des partis d'opposition au système politique, y compris l'intention d'utiliser des moyens extra-juridiques de déposer le gouvernement. - Activités, plans, intentions, et les sources de financement et de soutien. - Le leadership, l'organisation, l'ordre du jour, l'adhésion, et le niveau d'influence. - Les plans et les intentions liées au cycle électoral. - Alliances, des factions, et la preuve de liens avec les gouvernements étrangers ou des groupes d'insurgés / séparatistes. - Avis de groupes ethniques, religieuses, et d'autres envers le gouvernement et l'opposition politique.Priorité NIPF pour DEPS Tchad: 4, de la Mauritanie: 5, du Sénégal: 5HUMINT priorité pour DEPS Burkina Faso: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: 5H, Niger: 5HC. Questions socio-économique1) Agriculture et sécurité alimentaire (FOOD). - Les plans du gouvernement et des actions concernant la production agricole, la sécurité alimentaire et sécurité sanitaire des aliments. - La volonté de coopérer avec l'ONU et d'autres organismes donateurs sur les questions liées à l'alimentation. - Détails sur les prix des denrées alimentaires et le commerce des aliments et la réaction du public à la hausse des prix alimentaires. - Indications des facteurs environnementaux sur la production agricole. - Les politiques gouvernementales et des initiatives pour accroître les revenus des producteurs agricoles. - Condition, et les perspectives de la trésorerie et des cultures de subsistance. - Indication des espèces envahissantes qui affectent la sécurité alimentaire ou le développement. - Détails sur la manipulation de l'aide alimentaire par le gouvernement ou chefs de guerre pour renforcer le pouvoir.Priorité pour le Tchad NIPF ALIMENTAIRE: 5HUMINT priorité pour le Burkina Faso ALIMENTAIRE: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: la Mauritanie 5H, Niger: 5H,: 5H, Sénégal: 5H2) l'aide étrangère et les relations (FPOL). - Les gouvernements et des dirigeants de vues sur les nations étrangères et les organisations internationales, en particulier la Chine, l'Iran et l'Inde. - Alliances étrangères, de l'aide, et les activités, y compris ceux retenus par la vue du public. - Détails sur les questions de commerce international et les besoins d'assistance économique et la demande. - Les actions des gouvernements et des intentions concernant l'existence d'état des États-Unis des forces accords et la Convention de Rome de la Cour pénale internationale (article 98).HUMINT priorité pour le Burkina Faso FPOL: 3H, Cap-Vert: 5H, Tchad: 4H, la Gambie: 5H, Mali: la Mauritanie 5H, Niger: 5H,: 5H, Sénégal: 4H3) les activités criminelles (CRIM). - Détails de la corruption et contre les activités criminelles transfrontières, y compris le trafic d'armes, traite des êtres humains, la contrebande d'étrangers, le financement illicite et la contrebande de cigarettes. - Le gouvernement et les plans d'application de la loi et les intentions de lutter contre les activités criminelles. - Les organisations, les activités, les méthodologies, les alliances, et les vulnérabilités. - Coopération avec les groupes terroristes ou d'insurgés. - Les investisseurs clés, les animateurs, les bénéficiaires, et les fonctionnaires corrompus.HUMINT priorité pour le Burkina Faso CRIM: 5H, Cap-Vert: 4H, Tchad: 5H, la Gambie: 5H, Mali: la Mauritanie 4H, Niger: 3H,: 4H, Sénégal: 5H4) la santé et des maladies infectieuses (HLTH). - Détails des maladies infectieuses et les conditions de santé en général, y compris le nombre de cas, le pourcentage de la population touchée, les décès, les dates, les zones d'occurrence et l'impact. - Les politiques gouvernementales, les plans, et les efforts de prévention des maladies et l'identification. - La santé liés à la nutrition de la population, y compris les réfugiés. - Les pratiques de vaccination, les capacités, et la réponse aux maladies liées résistante aux médicaments et émergentes et ré-émergentes, notamment la poliomyélite et la tuberculose. - Effet du VIH / sida ou d'autres maladies sur les militaires, le gouvernement ou la performance économique. - Les attitudes du public envers les programmes de prévention de la maladie et le traitement. - Indications de l'usine infectieuses, des animaux, ou des maladies zoonotiques (animaux à la transmission de l'homme) avec des conséquences économiques ou sanitaires. - Détails sur les aliments contaminés, l'eau, l'air et du sol. - Information sur les installations médicales, y compris les capacités et la formation.Priorité pour le Tchad NIPF HLTH: 4HUMINT priorité pour le Burkina Faso HLTH: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: 5H, la Mauritanie Niger: 5H,: 5H, Sénégal: 5H5) questions de population et des réfugiés (EMGd). - Les mouvements de population dans la région, et la participation des gouvernements et de la réponse. - Indications des mouvements de réfugiés réels ou potentiels à l'intérieur ou dans la région. - Lieux et conditions des camps de réfugiés et informel et des personnes déplacées (IDP) sites de regroupement et de transit. - La capacité du gouvernement et la volonté d'aider les réfugiés et personnes déplacées. - La santé et les statistiques démographiques des réfugiés et des personnes déplacées. - Dynamique et impact des changements démographiques et les migrations. - Les efforts visant à rapatrier les réfugiés.Priorité NIPF pour EMGd Tchad: 3, Mali: 4, de la Mauritanie: 4, Niger: 4HUMINT priorité pour EMGd Burkina Faso: 4H, Cap-Vert: 4H, la Gambie: 4H, Sénégal: 4H6) les institutions économiques et des initiatives (ECFS). - Les politiques, stratégies, et les efforts pour améliorer la croissance économique. - Point de vue du leadership sur le développement économique, le commerce et les politiques fiscales et la réglementation applicable. - Identités et les rôles des gouvernements économique organes de décision et de réglementation / fonctionnaires. - Les statistiques macroéconomiques concernant le commerce, le budget, la balance des paiements, et les économies nationales, y compris la fiabilité ou la manipulation des données. - La perception des conditions économiques, y compris les perspectives d'emploi des jeunes. - Nature et étendue des systèmes bancaires souterrains. - Détails sur les besoins d'assistance et les partenariats économiques, et l'efficacité de l'aide. - Les systèmes financiers de transmission de données et méthodes comptables. - Détails des activités de développement des ressources naturelles, y compris le financement.HUMINT priorité pour ECFS Burkina Faso: 5H, Cap-Vert: 5H, Tchad: 5H, la Gambie: 5H, Mali: la Mauritanie 5H, Niger: 4H,: 5H, Sénégal: 5H7) Questions environnementales (ENVR). - Détails des plans et des efforts déployés par les gouvernements, les ONG, et d'autres pour lutter contre la déforestation et la désertification, y compris le projet de la Grande Muraille Verte. - La volonté des gouvernements et leur capacité à gérer l'exploitation des ressources naturelles et répondre aux catastrophes naturelles et les catastrophes d'origine environnementale. - Motifs de capacité et la volonté de protéger les voies maritimes à proximité, et de la pêche et d'autres revendications Zone économique exclusive. - Les positions de négociation lors des réunions internationales sur l'environnement. - Le gouvernement et les perceptions du public concernant les questions environnementales.Priorité pour le Niger NIPF ENVR: 5HUMINT priorité pour le Burkina Faso ENVR: 5H, Cap-Vert: 5H, Tchad: 4H, la Gambie: 5H, Mali: 5H, de la Mauritanie: 5H, Sénégal: 5HD. Systèmes d'Information et de l'infrastructure des télécommunications (INFR).- Les spécifications actuelles, les vulnérabilités, les capacités et les améliorations prévues à l'infrastructure de télécommunications et les systèmes nationaux d'information, de commandement et de contrôle, les réseaux et les technologies utilisées par le gouvernement, militaire, et le secteur privé. - Utiliser le leadership national de la, et dépendances sur, les télécommunications dédié infrastructures et systèmes d'information. - Détails sur les politiques de télécommunications nationaux et régionaux, les programmes, les règlements, les fournisseurs de services, fournisseurs, et de la formation. - Détails sur internet et l'utilisation intranet, l'infrastructure et la surveillance du gouvernement. - Les plans et les efforts pour acquérir des technologies de télécommunications des États-Unis un contrôle des exportations. - Détails sur les dépôts d'information de Radio-Frequency Identification des systèmes de permis utilisés pour les passeports, badges gouvernement, et les systèmes de transport. - Officiel et numéros de téléphone personnels, numéros de fax et adresses e-mail des principaux dirigeants civils et militaires.Priorité pour le Tchad NIPF INFR: 4HUMINT priorité pour le Burkina Faso INFR: 5H, Cap-Vert: 5H, la Gambie: 5H, Mali: 5H, la Mauritanie Niger: 5H,: 5H, Sénégal: 5HII. Questions spécifiques aux paysA. Tchad: Soudan / Darfour questions (SRCC-2).- Détails sur les insurgés soutenus par le Soudan au Tchad et à l'insurrection tchadiens soutenus par au Soudan et les mouvements de population. - Indications de réfugiés réels ou potentiels ou les mouvements de personnes déplacées, en particulier soudanais et centrafricains réfugiés de la République. - Atteintes aux droits humains contre les réfugiés se trouvent actuellement au Tchad. - La volonté politique du gouvernement et de l'intention de s'engager séparatistes soutenus par le Soudan. - Les capacités militaires pour lutter contre les séparatistes soutenus par le Soudan. - Rôle des institutions internationales dans la stabilisation de soulèvement national. - Détails sur la relation insurgés tchadiens »avec le gouvernement du Soudan. - Détails sur les relations du gouvernement avec les insurgés soudanais au Darfour. - La présence ou les activités des groupes terroristes internationaux dans les insurrections.CLINTON
* © Guardian Nouvelles et Media Limited 2010

Sunday, June 6, 2010

Nkrumah Said [1]

The essence of neo-colonialism is that the State which is
subject to it is, in theory, independent and has all the outward
trappings of international sovereignty. In reality its economic
system and thus its political policy is directed from outside. 
The methods and form of this direction can take various
shapes. For example, in an extreme case the troops of the
imperial power may garrison the territory of the neo-colonial
State and control the government of it. More often, however,
neo-colonialist control is exercised through economic or
monetary means. The neo-colonial State may be obliged to
take the manufactured products of the imperialist power to
the exclusion of competing products from elsewhere. Control
over government policy in the neo-colonial State may be
secured by payments towards the cost of running the State,
by the provision of civil servants in positions where they can
dictate policy, and by monetary control over foreign
exchange through the imposition of a banking system
controlled by the imperial power. [...] 
It is possible that neo-colonial control may
be exercised by a consortium of financial interests which are
not specifically identifiable with any particular State. The
control of the Congo by great international financial concerns
is a case in point.
The result of neo-colonialism is that foreign capital is used
for the exploitation rather than for the development of the
less developed parts of the world. Investment under neocolonialism
increases rather than decreases the gap between
the rich and the poor countries of the world.

By Kwame Nkrumah , In Neo-Colonialism, the Last Stage of imperialism